CP Concept
Rabais À coup de plume
Sylvie Cousineau

Une moitié d’amour? Non, merci!

Par Josée Durocher

On trouve des trésors de richesses en mieux-être sur les réseaux sociaux mais on y trouve également des trucs qui, passant inaperçus aux yeux de tous, savent attirer mon attention. C’est le cas d’une image où on voit une moitié de personne trouver une autre moitié de personne ce qui a pour résultat de former une personne complète. Non mais! Une moitié d’amour? Non, merci!

Pour la quasi-totalité de ma vie, je ne me suis pas sentie complète et j’ai travaillé fort sur moi-même pour le devenir. Je suis une personne à part entière et complète. Ce n’est pourtant pas si compliqué à saisir!

Il faut dire que même nos expressions en disent long! Ainsi, on dit de notre partenaire « ma tendre moitié » ou « mon complément » et je pense qu’il serait peut-être temps de faire attention à ce que nous disons.

Moi, je ne suis pas à la recherche de l’autre moitié de mon « tout » pas plus que je ne suis à la recherche d’une personne qui saura me compléter. Je crois que ce genre de recherches est voué à l’échec. Pas vous?

Qu’apprenons-nous donc à nos enfants à la fin? Qu’ils ne sont pas assez en amour! Voilà une affirmation qui les mènera tout droit vers les déceptions sentimentales à la tonne si vous voulez avoir mon avis de pro du célibat.

Parce que j’ai recherché ma moitié, mon âme sœur, toute ma vie (et que je ne l’ai pas trouvée du tout), je suis en mesure d’affirmer haut et fort qu’une pièce manquante d’un puzzle est plus difficile à dénicher qu’un puzzle tout entier!

Il serait peut-être temps que nous nous considérions comme étant complètement complet et ce, dès notre plus bas âge. Cela ne veut pas dire que nous n’évoluons pas, non. Cela veut simplement dire que nous sommes toujours parfaitement aimables et qu’il ne nous manque absolument rien pour l’être.

N’y a-t-il pas plus magnifique que deux personnes complètes qui, complètes, se rencontrent et se découvrent dans tout ce qu’elles sont?

On peut bâtir des équipes d’enfer en amour, en amitié… même en affaires à ne pas attendre que l’autre vienne nous parfaire!

Je crois que le monde du mieux-être a souvent de doubles messages qu’il serait bon d’éliminer sur notre passage. Je crois aussi que certains, sans s’en rendre compte vraiment, se servent du mieux-être et de différents médias pour transmettre des messages qui sont lourds de conséquences!

Encore hier, je voyais une vidéo où un homme assez connu parlait de sa femme dans les termes suivants : « Elle est ma moitié… ensemble nous ne formons qu’un! » Ce même homme passe pourtant sa vie à nous dire que nous sommes « assez ». Faudrait se brancher!

En conclusion, j’en suis venue à aimer mieux être célibataire et sans attentes folles comme de trouver « la » personne manquante à ma vie que d’être en couple en me satisfaisant de tout ce qu’on me dit.

À ceux qui vivent le grand amour, je vous suggère le bilan de vérifier si vous êtes pleinement heureux ou juste à moitié!

1 commentaire

  1. Avatar Clairette Rheault sur 29 juin 2019 à 12 h 21 min

    Très bien pensé! Vous avez raison. Un plus un fera deux et c’est beaucoup mieux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :