Skip to content
Conférences
CP Concept
Sylvie Cousineau

Se réinitialiser ou faire de son mieux?

Par Josée Durocher

Et si nous pouvions nous réinitialiser ? Comme des robots, des ordinateurs… des machines, quoi ! Nous appuierons sur la touche « reboot » pour faire la mise à jour de notre choix, pour être meilleurs, et le tour serait joué !

Mais nous ne sommes pas des robots. Nous sommes des humains. Il y a toujours une part de volonté et une part d’efforts dans nos « réinitialisations » personnelles.

Mon exemple

Prenez moi, par exemple. Chacun des textes que je signe, qu’il soit question d’autisme ou, dans l’ensemble, de différence, me demande ce genre de redémarrage. Sans quoi mes textes ne seraient tout simplement pas à ma satisfaction personnelle !

Je ne tire pas tout de mon esprit. Je me laisse inspirer, oui, par qui je suis, mais également par ce que les autres sont, leurs agissements et leurs opinions comptent énormément. Bien que ces dernières me heurtent parfois, j’essaie toujours de voir là où elles viennent m’ébranler pour pouvoir écrire à leur sujet.

Et il y a moi. Cette femme que les gens pensent connaître par la justesse de ses propos et la bonté dans ce qu’elle raconte ici. Mais n’oublions pas qu’il y a moi, Josée, celle que je suis la seule à connaître, car je sais ses parts de luminosité et ses parts d’ombre.

Et bien qu’il fasse très clair en moi, il fait aussi très noir… je suis humaine. Il m’arrive donc, à moi aussi, d’avoir envie de faire appel à une réinitialisation. Cela semble si facile ! Une seule action et l’on devient meilleur…

Mais cela serait sans compter sur l’expérience, celle qui nous fait « reculer »… celle qui nous fait « avancer ».

La capsule

Hier, j’ai fait une capsule vidéo pour inviter les gens à un événement auquel je participerai et qui me tient véritablement à cœur. Après visionnement de ladite capsule vidéo, je n’étais pas fière. Je me trouvais moult défauts.

Alors, je me suis arrêtée net ! Qu’y a-t-il d’important vraiment ? Les défauts que je me découvre ou le message que je veux passer ? Le message, bien entendu !

Après cette micro-analyse, j’étais fière de moi. Mais cela, c’était jusqu’à ce que je réalise que la durée moyenne de visionnement de ma capsule n’était que de 3 secondes. 3 secondes pour changer le monde, c’est peu. C’est juste le temps de dire bonjour et de me présenter. Vraiment !

Je voulais me rouler en boule et me cacher sous les couvertures. Ah ! Si la réinitialisation existait !

J’ai voulu tout effacer ! Je me sentais comme une véritable perdante. J’ai même voulu en finir avec les médias sociaux prétextant que les gens devaient bien se moquer de moi. Mais je n’en ai rien fait.

Pourquoi ? Parce que les 3 secondes en question ne sont qu’une mesure parmi tant d’autres. Je sais que des gens ont visionné ma capsule vidéo plus longtemps. Certains l’ont même visionnée au complet !

À ces gens, je dois suffisamment de respect pour leur jugement d’aller de l’avant avec l’écoute de cette capsule. À moi, je dois aussi suffisamment de respect pour l’avoir faite et pour l’avoir mise en ligne.

Non, nous ne sommes pas parfaits et si nous écoutons seulement le dur jugement qui est le nôtre parfois, on se « réinitialiserait » à qui mieux mieux pour finir par ne plus se ressembler du tout.

Après réflexion, j’aime mieux être moi-même dans toutes mes parts de luminosité et dans toutes mes parts d’ombre, imparfaite, mais heureuse.

Au fait, je suis heureuse de la capsule vidéo que j’ai mise en ligne…

Et vous?  Vous arrive-t-il d’avoir envie d’une petit “reboot”?  Cela se traduit comment?

 

Laisser un commentaire

Scroll To Top