Revivre après une agression

Par Josée Durocher

Pour faire suite à deux de mes articles diffusés sur le blogue 7 millions de mousquetaires, j’aimerais vous parler d’agressions sexuelles.

Je suis hypersensible au toucher, aux odeurs, aux sons et à l’éclairage. Je suis de ceux et celles qui, nonobstant énormément d’efforts, perdent un maximum d’énergie à cause de cette même hypersensibilité.

Alors imaginez quand j’ai été agressée! Car si l’agression en elle-même m’a presque complètement détruite, les reviviscences de cette acte odieux ont eu tôt fait d’épuiser le peu d’énergie qu’il me restait.

Pour faire une histoire courte, j’ai ressenti l’agression de mon corps plusieurs fois après qu’elle eut lieu. Si une fois c’est déjà suffisamment traumatisant, plusieurs fois pendant les deux années qui ont suivies l’étaient encore bien davantage.

Après avoir discuté avec Dr Isabelle Hénault, sexologue et psychologue, directrice de la Clinique Autisme et Asperger de Montréal et marraine de l’AFFA (association des femmes Asperger francophones), j’ai compris que ce que j’avais vécu était « normal » compte tenu du fait que je suis autiste.

Effectivement, les autistes revivent leurs émotions comme si le souvenir était en train de se vivre comme pour la première fois et aussi intensément.

Dr Hénault m’a parlé de son travail auprès des personnes autistes quant à l’éducation sexuelle dont elles peuvent bénéficier à la clinique. J’ai trouvé l’idée carrément géniale! Donner des outils à des gens qui en possèdent peu est une bonne façon d’éviter de tels drames.

Rappelons que les statistiques concernant les victimes d’agressions sexuelles dans la population autiste sont effrayantes! On parle de 90% chez les femmes et de 70%, tous genres confondus.

Discuter avec Dr Hénault m’a permis de me rassurer et de me dire qu’il m’était tout à fait normal de vivre tout ce que j’ai vécu de manière aussi intense. Je suis heureuse de dire qu’à force d’efforts et de persévérance, de thérapie et d’introspection, j’ai réussi à me sortir de l’emprise que de tels souvenirs avaient sur moi.

Mais je suis heureuse de savoir qu’il existe des professionnels spécialisés auprès d’une clientèle autiste qui, ma foi, en a bien besoin.

Dr Hénault signe un livre qui s’intitule Êtes-vous une Aspergirl qui s’ignore? Et qui sera édité à l’automne prochain. Elle en est la co-auteure avec Anick Martin où elles collaborent toute deux avec Valentina Pasin et le réputé psychologue Tony Attwood.

C’est avec un plaisir avoué que j’en lirai chaque mot dès sa sortie en librairie puisqu’il y est notamment question de la vie sexuelle des femmes Asperger et on n’est jamais trop bien informé.

Pour en revenir à la discussion que nous avons eue elle et moi, je dois dire que j’ai été étonnée de tout l’humanisme qui se dégage de Dr Isabelle Hénault. Elle est douce, calme, posée et surtout très rassurante.

Je crois, et c’est mon humble avis, que ses patients (puisqu’elles propose également de la thérapie aux hommes) seront aussi d’avis qu’elle sait se faire très réconfortante. Sa seule présence nous calme et j’ai déjà hâte de discuter avec elle à nouveau.

Je suis autiste et hypersensible. Je me suis relevée de plusieurs agressions et abus dans ma vie. Je suis une résiliente et je suis persuadée que la plupart des patients de Dr Hénault peuvent en dire autant un jour.

Laissez un commentaire





Vous aimez ce blogue? Partagez :)