Par Josée Durocher

Quelqu’un m’a dit cette semaine que j’arrivais à voir le positif dans toute situation. Ce n’est pas faux… ce n’est pas tout à fait vrai non plus! J’y arrive, certes, quelquefois avec le temps et d’autres fois, car j’implique ma raison dans le processus.

J’ai surmonté beaucoup d’épreuves dans ma vie. Certains drames aussi. Mais je ne me suis jamais laissé abattre complètement et j’en suis la première surprise!

De grands cadeaux à découvrir!

Je suis surprise parce qu’il m’est arrivé de tomber si bas que jamais je n’aurais pu croire me relever un jour. Il y a des choses qu’on vit qui sont inimaginables et difficiles à surmonter.

Pourtant, la pire des épreuves cache souvent un grand cadeau! Si je me considère heureuse aujourd’hui, c’est beaucoup, car j’y crois fermement.

Je sais que vous qui lisez ces lignes et qui vivez de grands drames actuellement, avez du mal à me croire. Je le sais, car je ne croyais personne moi non plus. Mais, souvent, on déballe les cadeaux que nous font nos difficultés longtemps après les avoir vécues.

Et malgré cette attitude positive que j’adopte au quotidien, il m’arrive, comme tout le monde, d’être triste souvent. Mais j’ai appris à me donner le droit de vivre mes émotions lorsqu’elles s’emballent et à les laisser partir lorsqu’elles me quittent.

Larguer la victime

Souvent, — nous sommes tous humains — il nous arrive de nous complaire dans notre rôle de victime que nous ayons été victime réellement ou que nos perceptions nous amènent à penser l’être.

Avant, c’est quand les gens en avaient assez de moi et qu’un grand vide se créait autour de moi que je me rendais compte qu’il était temps que je me reprenne en main.

Maintenant, je m’autorise juste le temps dont j’ai besoin pour vivre ce que j’ai à vivre… à ressentir et ensuite je débute ma quête. 

Cette quête est de trouver le cadeau dans l’épreuve, même si la vie me l’a bien mal emballé!

Une chose que je fais aussi c’est de me pratiquer à ne pas juger. Bon, on va se dire les vraies affaires : c’est ultra difficile de ne pas juger les autres ou soi-même, mais ça n’empêche pas de se pratiquer et d’essayer de ne pas le faire.

Voir ce qui est beau

Ce qui m’a aidée le plus dans ma vie est de tenter de trouver le positif avant le négatif. Nous sommes si habitués à noter tout ce qui ne va pas! Apprendre à faire le contraire, c’est-à-dire, noter le positif relève de l’exploit au début.

Mais le temps, ce formidable ami, nous aide réellement à focaliser notre attention sur tout ce qui ne saute pas aux yeux nécessairement, mais qui est bien là.

C’est ainsi que mène ma vie. Oui, bien sûr, il m’arrive de pleurer et de m’apitoyer sur mon pauvre sort… Qui ne le fait pas? Mais je sais me « ramener » pour ainsi vivre sereine et heureuse.

J’aurais vraiment aimé vous dire que je vois le positif dans toute chose et que c’est inné chez-moi, mais non. J’ai travaillé pour ça et je travaille encore. Mais les répercussions dans ma vie et sur mon état intérieur sont si énormes et bienfaisantes que je ne reviendrai pas en arrière maintenant.

Et vous? Vous savez voir le positif chez les autres et chez vous-même? Comment y arrivez-vous?

Laisser un commentaire