Skip to content
CP Concept
Sylvie Cousineau
Conférences

Autisme: moi et mes nerfs

Par Josée Durocher

Toute ma vie, j’ai été nerveuse… plus que nerveuse puisque j’avais, en certaines occasions, l’air d’une véritable névrosée. Depuis, j’ai su que j’étais autiste et que je souffrais d’un trouble anxieux généralisé qui m’a fait suer plus souvent qu’à mon tour !

Pour combler le tout, j’ai du mal à trouver un sommeil réparateur car je souffre d’insomnie toutes les nuits et de somnambulisme, de temps à autre.

La table est donc mise pour vivre de l’anxiété majestueusement et de façon permanente.

Les choses changent

Toutefois, depuis un moment, les choses vont très bien pour moi côté professionnel, et cela a des répercussions sur ma vie personnelle. Je prends de l’assurance et j’ai tendance à me faire davantage confiance aussi.

J’arrive à réaliser des choses dont jamais je ne me serais cru capable et… j’aime ça !

Au retour d’une soirée où je devais prendre la parole devant plusieurs personnes, j’ai réalisé que cela n’avait pas été anxiogène du tout. Je goûtais à la fierté, à la confiance, au sentiment du devoir accompli et à l’envie de récidiver.

Et c’est là que cela m’a frappée : mes nerfs m’ont finalement lâchée et ça me fait un bien fou.

Bien sûr, je suis du type nerveux, mais jamais comme avant. Et je suis la preuve vivante qu’avec le temps, n’importe quel défi peut être relevé. 

Une prédiction, une vérité

Il y a 4 ans, j’avais prédit à un ami conférencier que je ferais comme lui, devant des salles pleines à craquer. Je crois encore plus à cette affirmation aujourd’hui. Lui, il s’était un peu moqué de moi. Maintenant, cela m’amuse de me savoir capable de faire ce que je lui ai promis que je ferais.

Je peux donc affirmer qu’il y a deux moi : avant le diagnostic en autisme et après. Et après… tout à déboulé a la vitesse de l’éclair. Les textes étaient inspirants car j’étais inspirée. Les contrats se signent et les engagements se prennent… ma vie, c’est de la pure folie actuellement. Mais quelle folie !

Il y a eu comme un « switch » en moi au niveau de ma conscience. Je suis et c’est OK. Je suis et j’ai le droit d’être… comme tout le monde d’ailleurs.

Une phrase qui change tout

Quand j’ai su que j’étais autiste, une phrase est montée en moi et est devenue mon leitmotiv… « Fais de tes limitations de formidables défis à relever et de tes différences des richesses de trésors à exploiter . »  Je me répète cette magnifique phrase chaque jour et j’y crois plus que jamais.

Je pense que mon esprit — et même mon corps — a lâché prise. J’ai desserré les dents et j’ai respiré un bon coup. 

Oui, la vie est belle pour moi. Elle est même très belle. Mais je n’y suis pas étrangère. Quelque part, en me répétant cette phrase chaque jour, j’ai imprimé en moi tout son sens. 

Des défis à relever ? Je m’en lance continuellement ! Des trésors à exploiter ? J’exploite, j’exploite ! Et je me rends compte que je suis riche à en craquer.

La morale…

Ne laissez jamais les gens — et surtout pas vous-même — vous dire que vous allez échouer, que vous serez nul(le) ou que rien ne sert d’essayer. Savourez la vie comme vous l’imaginez pour vous. Et surtout, oui surtout, que vous soyez autiste ou non, ne tremblez plus de peur devant l’inconnu… car vous n’êtes qu’à un pas que cela devienne connu !

Laissez un commentaire





error

Vous aimez ce blogue? Partagez :)

Scroll To Top