Par Josée Durocher

Entrer dans son monde, ne serait-ce que quelques minutes, c’est découvrir un univers riche fait d’imagination et d’authenticité. Avec sa bouille plus que sympathique, elle se livre, enjouée, pour notre plus grand plaisir. Bienvenue dans la douce féérie de Valérie Jessica Laporte!

Elle va bien… elle va très bien. Je l’attrape au vol pour une courte entrevue. Son roman, intitulé Méconnaissable, fait beaucoup parler de lui…

« Il y avait un concours à Radio-Canada qui s’appelait Les Prix de la création et j’y ai participé. J’ai donc écrit le premier jet d’une nouvelle en moins de 15 minutes. Ma nouvelle s’est classée dans les cinq premières. J’ai trouvé ça stressant, voire angoissant, mais j’étais vraiment contente par contre. C’était une première pour moi! »

De fil en aiguille

Les événements se sont alors bousculés : « L’auteure reconnue, Kim Thuy, a lu ma nouvelle et elle a parlé de moi à son éditrice chez Libre Expression qui m’a ensuite approchée. J’avais besoin d’un contexte hyper encadré. J’ai posé plusieurs questions et, puisque celle qui est devenue mon éditrice est vraiment structurée et qu’elle s’accroche vraiment aux détails, je me suis lancée! » Milena a vraiment été une éditrice en or pour Valérie Jessica qui n’a que de bons mots pour elle.

« Je n’avais jamais écrit de roman avant… mon histoire était comme un trop-plein qui devait sortir. Dans le fond, j’ai écrit le roman de ma nouvelle. Ensuite, j’ai fait beaucoup de peaufinage. »

À la découverte de soi

Mais que raconte donc Méconnaissable? « Il s’agit d’une petite fille qui est autiste sans le savoir. Elle se met à avoir peur de ses propres mots. Elle décide de fuir et se cache, déguisée en garçon, tout un été sur un terrain de camping. S’ensuivent des apprentissages et la découverte de soi. »

Mais Valérie Jessica a-t-elle puisé dans son vécu personnel pour s’inspirer pendant l’écriture de Méconnaissable? « Ce n’est pas autobiographique… c’est une fiction. Sauf qu’écrire permet de nommer des choses et de nommer ce que nous ressentons. À quel point il est souffrant de ne pas être nous-même. Ça fait mal! Ça m’est arrivé de ne pas vouloir parler quand j’étais petite. Je parlais tout de même, mais beaucoup de choses me semblaient absurdes. Et il m’est même arrivé une fois d’alarmer tout le monde parce que j’étais cachée entre le lit et le mur (rires)! »

Valérie Jessica est une personne autiste. « Je sais que je suis autiste depuis que j’ai 38 ans. J’ai trouvé ça dur de me conformer à ce que je croyais devoir être. Dans beaucoup de contextes, je m’empêchais de parler et d’avoir des interactions, car je savais que je n’aurais pas fait les choses selon certaines attentes. Plutôt que de vivre l’échec, je m’abstenais. Mais je ne mets le blâme sur personne… sauf en de rares cas. Depuis que je sais pour mon autisme, je ressens une forme de liberté », me dit-elle.

Pour elle, l’autisme nous permet de développer des champs de compétences très grands tout en ayant de très gros défis. 

Au Royaume d’une Asperger

L’auteure n’en est toutefois pas à ses premières expériences en rédaction. Elle mène de main de maître le blogue Au Royaume d’une Asperger depuis 2015.

« Un jour, j’avais un rendez-vous chez le dentiste et normalement ça me prend deux semaines à m’en remettre. Alors, quelqu’un m’a suggéré d’écrire pour aller mieux. J’ai donc écrit un article, et il m’a fait rire, et ça m’a pris moins de temps à me remettre de mon périple à la clinique dentaire. Depuis ce temps, avec humour, je parle de mon quotidien d’autiste. »

En plus d’être auteure et blogueuse, elle propose aussi des conférences. Elle en a déjà une bonne vingtaine à son actif. « J’aime vraiment ça! Je traite toujours d’autisme et quelquefois, c’est plus ciblé. La dernière fois était l’anxiété en autisme. D’autres fois, je donne des conférences à des jeunes du secondaire et je fais une analogie avec les jeux vidéo. 

J’en ai même une où je m’adresse aux clubs photo qui traite de ma vision à moi, comment je perçois les choses. J’apprends aux participants à regarder les choses autrement. La plupart des gens ne se rendent pas compte à quel point il y a du beau autour de soi parce que ça fait partie d’une certaine banalité. »

Outre le blogue et les conférences, est-ce que Valérie Jessica Laporte a le projet de signer un autre ouvrage littéraire? Excitée, elle me confie : « Il existe en moi. C’est tellement évident qu’il y a tellement de sujets à aborder et tellement de choses à dire! »

On a donc pas fini d’entendre parler de cette belle auteure, blogueuse et conférencière à l’air intelligent. En attendant de nouveaux écrits, le lancement du livre Méconnaissable aura lieu en mars, dans le stress sûrement, mais aussi dans la joie.

 

Laisser un commentaire