À quoi ça sert d’être mal?

Josée Durocher

À quoi ça nous sert de nous sentir mal dans notre peau? De ne pas être bien du tout et de rêver à des jours meilleurs?

Bien que les émotions de peine, de colère et de peur existent, non seulement pour que nous les ressentions, elles nous envoient des messages clairs sur des besoins qui ne semblent pas être comblés. Parce qu’une émotion n’est pas là seulement pour que nous la vivions à fond, elle est porteuse de messages si nous l’écoutons!

Tout le monde, un beau jour, s’est senti mal dans sa peau. Ce mal-être est souvent associé à la déprime, pire, la dépression. Et bien que nous nous sentions tomber dans un gouffre sans fond, il importe, dès les premiers signes, de se poser certaines questions…

Outre le fait de ressentir quelque chose, l’important est de s’observer attentivement et d’entendre le fameux message que l’émotion tend à nous faire passer. C’est difficile? Alors, soit! Ne perdons pas de temps à tenter de deviner et écoutons réellement.

On peut, par exemple, donner vie à notre émotion. En la personnalisant, il nous sera peut-être plus facile de mieux la comprendre. Dans le cas d’une profonde peine, d’une colère ou d’une très grande peur, pourquoi ces émotions sont-elles présentes et nous habitent-elles?

Est-ce parce qu’il y a eu un trauma? Est-ce parce que quelqu’un nous a, selon nos perceptions, fait mal? Ou est-ce parce que nous nous sommes sentis en danger?

Nous devons toujours nous rappeler que nous avons certains besoins et qu’un besoin non-comblé peut faire naître une émotion très distincte. Par exemple, on peut ne pas s’être respecté nous-même ou encore, un autre nous aura manqué de respect. On peut ne pas se sentir important en relation, même rejeté. On peut agir contre notre gré, par peur de perdre aussi.

Il y a, en fait, tellement de besoins non-comblés et d’émotions ressenties qui travaillent ensemble afin de nous renseigner sur notre monde, le nôtre, qu’il importe de leur être attentif. Et la déprime ainsi que la dépression n’auront qu’à bien se tenir… loin de nous!

Mais avant toute chose, il faudra, non seulement être observateur de notre vie, mais se lancer dans un plan d’actions décidées selon le message qui nous aura été envoyé.

L’action est primordiale pour ne pas sombrer, au même titre qu’on nage pour ne pas couler!

Et bien qu’il importe de prendre soin de soi à l’heure où ça va mal, très mal, il est aussi très important de s’élancer. Prendre soin de soi n’est pas synonyme de stagnation et de procrastination. Si on veut prendre un arrêt, un temps de repos ou de réflexion, ce sont toutes là des actions.

Ne rien faire du tout ne nous avantage pas. Mais prendre notre temps nous permettra de poser encore une action qui sera bien réfléchie.

Ça sert à quoi de ne pas être bien? Ça sert à le devenir!

Laissez un commentaire





Vous aimez ce blogue? Partagez :)